mardi 10 janvier 2017

C'est pas grave ...

        


Je sors de mon silence ce soir, et je me remet à écrire, je me remet à alimenter la bibliothèque de mes idées et de mon expérience. 

Après mon "je m'en fous", je suis passée ces derniers jours à "c'est pas grave", et le pire dans tout ça c'est que plus rien ne me touche comme avant, je ne me révolte plus comme avant et je vis le moment, je m'énerve moins, et quand on me prends de haut, j'en souffre mais je me dis : c'est pas grave ... je ne trouve plus rien grave, je ne fais plus d'efforts pour m'en sortir, je subis en silence et je me dis que ce n'est pas grave, que tant qu'il ne s'agit pas de la santé, rien n'est grave, des cons j'en ai rencontré dans ma vie et je pense que j'en rencontrerai encore et encore et encore, des personnes qui essaient de casser mon ambition, j'en ai vu, et ce n'est ni les premiers ni les derniers .. 

Pourtant, dans mes "c'est pas grave", je perd mon équilibre en laissant tomber les choses, je rentre dans un tourbillon duquel je risque de ne pas sortir si je continue de (m'en foutre). 

J'ai réfléchis ce soir, j'ai passé un des  moments que j'apprécie le plus: j'ai médité .. et je pense avec du recul, qu'il ne faut pas considérer tout comme (pas grave), certaines choses peuvent être graves, comme un incompétent qui vous rabaisse par exemple ... et la conclusion que j'en ai tiré est qu'il ne faut en aucun cas laisser qui que ce soit vous casser, il faut en faire une force et doubler d'efforts pour prouver à la terre entière que vous êtes celui en qui vous avez toujours cru, vous êtes cette personne qui a voulu réussir un jour, qui a souffert, mais qui a réussi ! Il faut se donner le temps et les moyens et surtout ne jamais baisser les bras ou laisser tomber. 


La première personne qui pourra croire en vous en ayant vécu ce que vous avez exactement vécu est vous même, ne laissez pas tomber et soyez forts face à ceux qui essaient par tous les moyens de vous prouver que vous êtes incompétent!

En tous cas, c'est pas grave mais il ne faut pas que cela dure :-)! 
Je finis comme d'habitude par une citation  :

"Si tu rêves et que tu y crois, tu peux le faire "

         

mercredi 23 novembre 2016

Je suis touchée et tout resurgit dans ma mémoire d'un coup ..

J'ai appris une mauvaise nouvelle il y a une semaine, des cousines ont perdu leur papa, triste nouvelle  me diriez vous ? Je pense que c'est encore pire que cela ..
Je n'arrive pas à trouver les mots, aucune consolation ne saura les aider à surmonter cet événement horrible, aucun ami, aucun proche .. personne ne ressentira la douleur qu'elles ressentent, personne ne trouvera les bons mots, personne, je dis bien personne ne pourra les aider à surmonter ce cauchemar à part elles mêmes.

Nous ne savons pas quoi penser à ce moment, nous nous demandons pourquoi cela est tombé sur nous, qu'il est encore très tôt et que nous n'avons pas eu le temps de vivre et célébrer les grands événements de notre vie avec cette personne qui nous est si chère, et la seule consolation que nous pourrons avoir à ce moment là est de penser très fort à cette personne et être sûrs  qu'elle veille sur nous de la haut, qu'elle fait partie des étoiles maintenant et qu'elle souffre moins de la vie qu'avant.

Nous ne voulons pas être égoïstes, mais cela arrive malgré nous, nous savons qu'il faut être forts et qu'il faut accepter la séparation, et se contenter des beaux moments et souvenirs que nous avons partagés avec cette personne. C'est dur, très dur mais la conviction de réussir à rendre cette personne fière de nous nous rendra plus forts ...
Je souhaite à mes cousines plein de courage pour surpasser cet événement que j'ai vécu à moitié il y a quelques années, je peux comprendre leur douleur et je suis sûre qu'elles réussiront pour lui, car, il le mérite.

Maintenant, il faut voir la vie d'un autre angle.


samedi 24 septembre 2016

Oubliez votre peur, et lancez-vous !





Nous pouvons avoir peur de l'avenir, de ce que nous pourrons vivre dans les jours, mois, années qui viennent, nous pouvons croire prendre les bonnes décisions et puis se rendre compte que nous étions complètement à l'opposé de ce qu'il fallait faire, nous pouvons être sûrs et puis finalement avoir une agréable surprise et puis nous pouvons tout simplement tout laisser tomber par peur, par crainte de tomber, de se tromper.

Cette peur qui nous suit partout nous empêche de vivre beaucoup de fois, nous empêche d'aller jusqu'au bout des choses que nous entreprenons, et nous met des freins dans notre vie, des freins qui nous empêcheront d'avancer. Pourquoi avons-nous si peur ?

Beaucoup vous diront nous ne vivons qu'une fois et nous avons totalement le droit d'essayer tout ce qui nous passent par la tête, d'autres vous diront que dans la vie il faut garder les pieds sur terre et vivre une vie tranquille, paisible sans surprises sans attendre rien du lendemain, moi je vous dis alliez les deux, trouvez votre équilibre, surprenez-vous les uns les autres, allez là où on vous attends le moins et osez! 
Osez vivre paisiblement en y ajoutant votre touche personnelle, si vous avez une idée, ne l'essayez pas tout de suite, mais retournez là dans tous les sens et si vous sentez que ça marchera, ALLEZ-Y, ne perdez pas de temps et ne soyez pas simplement spectateur devant les autres qui oseront vous devancer.


Pour conclure ce post, je vous propose de faire un exercice: Écrivez sur un papier l'idée qui vous fait peur, mot par mot, commencez à l'étudier et à comprendre pourquoi vous donne-t-elle ce sentiment? Pourquoi réussit elle à vous faire douter? Si les raisons sont valables, oubliez là mais ne laissez pas tomber, et recommencez autant de fois qu'il faudra, si vous croyez en quelque chose, si vous croyez en vous, vous serez capables de réussir.

Pour ne pas casser le rituel, voici une citation pour finir:

"Ne vous souciez pas des échecs, souciez-vous des chances que vous laissez échapper lorsque vous n’essayez même pas." Jack Canfield

lundi 13 juin 2016

Pour garder l'équilibre, il ne faut pas s'arrêter de pédaler




Ce soir, j'ai envie de faire un retour en arrière, revenir un peu sur ma passion première qui est l'écriture, je veux m'en fuir de la réalité quelques instants pour me laisser aller. Je me suis d'ailleurs posé cette question: Pourquoi me suis-je éloignée ? Avec du recul, je pense que quelques commentaires sur mon "talent" m'ont fait douter, et le soutien que j'attendais des autres n'était pas au rendez-vous .. 

Je pense que malgré toute la force de caractère que nous pouvons montrer, nous sommes fragiles, sensibles aux moindres commentaires négatifs, que ce soit sur notre physique, notre caractère, notre façon d'être ou de voir les choses.. et je l'avoue ce soir, je suis peut être fragile ...

Nous idéalisons beaucoup la vie, nos rapports avec les autres, nous nous idéalisons parfois ... au point d'oublier que la vie est loin d'être parfaite, et nous encore moins. S'idéaliser n'est pas se remettre en question, ni remettre en question nos actes et nos réactions hystériques et démesurées. 

A mon avis, il faut prendre beaucoup de recul pour vivre avec les maux que nous causent certains mots, remettre les pieds sur terre pour voir les choses en face, et arrêter de croire que tout ira comme nous souhaitions, je pense qu'il faut faire avec, comme je l'ai déjà écrit une fois, ce soir, je le confirme, pour vivre heureux, il faut vivre avec la réalité et arrêter de croire que l'on peut changer les choses, les petites choses qui nous agacent, le feront toujours, il faut juste y prêter moins d'attention.

J'ai l'impression que je n'arrive plus à m'exprimer sur ce post, que je divague ... mais l'essentiel, c'est que cela me fait un bien fou, je me laisse aller à ma plume et lui fait confiance car je sais qu'elle m'apaisera ...

La conclusion de cet article est simple, ne laissez jamais le temps vous envahir et vous éloigner des choses simples qui sont si importantes pour votre équilibre, n'idéalisez rien, et vivez ... Prenez le temps de vous éloigner de vous même parfois, libérez-vous et ne pensez à rien le temps d'un instant, je vous promet, rien ne vaut nos peines et notre tristesse, rien ne vaut notre colère, si nous souhaitons vivre longtemps, laissons les choses se passer, et essayons d'oublier les mots qui nous ont fait sentir petits, aussi petits qu'un verre de terre. 

Et comme a si bien dit notre cher Einstein: 

"La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre."



mardi 8 décembre 2015

Merci Papa!

Je suis inspirée ce soir, enfin! 
La source de mon inspiration est un homme qui m'a tant donné, mon premier amour, celui qui m'a toujours épaulé et soutenu, celui qui m'a donné la force pour avancer dans la vie, cet homme est mon père. 

J'ai pensé à une conversation que j'aie eu il y a longtemps avec lui,  un jour dans la voiture, j'étais déçue d'un professeur qui avait essayé de casser mon ambition, en critiquant à mort un texte que j'avais écrit, ce professeur ne comprenait pas comment j'avais tourné la chose, et pourquoi j'avais abordé le sujet de la sorte, alors que tous les autres élèves avaient fait ce qui était demandé à la lettre et que moi, encore une fois, je voulais me différencier, je n'oublierai jamais ce jour là, je pleurais et disais à mon père que je lâcherais l'affaire, que l'écriture n'est pas faite pour moi, et que mon rêve de lui ressembler et d'être aussi bonne écrivaine que lui, resterait juste un rêve parmi d'autres, je lui disais que je prendrais quand même le temps de le placer dans la collection des rêves que j'avais, et je le regarderai de loin, je n'avais plus de confiance en moi, je doutais de moi, de mon talent, de mon art .. oui, je doutais! 
Nous étions sur le chemin du retour à la maison, mon père s'est arrêté devant la mer, m' a pris dans ses bras et m'a dis de la contempler quelques instants, ça m'a apaisé et j'ai fait ce qu'il me demandait. J'ai pris le temps de me calmer, et il a repris la conversation avec moi, il m'a dit avec sa voix si rassurante et si sage : 

- As-tu vu cette mer ma fille ? As-tu pu quantifier l'eau qu'il y a dedans ? Je connais ta réponse. Tu me diras non, c'est impossible de savoir combien d'eau contient cette mer, et c'est ce que je veux de toi ma puce, je veux que ton ambition et ta patience soient aussi inquantifiables que cette mer, je veux que ta détermination à réaliser tes rêves soit aussi étendue que cette mer, je te veux FORTE ma fille, et je sais que tu réussiras, je ne veux plus jamais te voir pleurer, des personnes comme lui, tu en rencontreras dans ta vie, et je te promet qu'il y en a énormément .. Je veux que tu les considère comme une force supplémentaire pour réaliser tes rêves et en l'occurence, ce rêve .. ne te laisse pas influencer par ceux qui n'aimeront pas ce que tu écris un jour, ne laisse personne te détruire, promet moi ma fille. 
Il m'a serré dans ses bras et a continué : Je te transmet ma force maintenant et pour toujours, ne l'oublie jamais.
Je lui ai promis.

A chaque fois que je commence à perdre espoir et à ne plus y croire, je me rappelle de cette force qu'il m'a transmise ce jour là, je me rappelle de ses paroles et me dit qu'une promesse est pour la vie et je ne suis pas prête à décevoir mon père.

Dans la vie, vous rencontrerez beaucoup de personnes qui essaieront par tous les moyens de vous casser, parfois sans même qu'ils s'en rendent compte peut-être, mais ils le feront, et cela vous touchera. 
Soyez cette mer dont mon père m'a parlé, ayez cette force d'aller plus loin, et de faire l'impossible pour réaliser vos rêves et en être fiers, soyez fiers des combats que vous menez, si vous échouez, ce n'est pas grave, réessayez encore et encore et encore, jusqu'à ce que vous y arriviez, et vous allez y arriver, j'en suis sûre.

Faites de votre vie une mer d'ambition de force infinies ...